Adaption au changement climatique

Notre capacité d'adaptation au changement climatique dépend de nos autres choix en matière d'environnement et doit se traiter au niveau local.

 

 En septembre 2013, le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) a publié son volet sur l’analyse scientifique du changement climatique, dans lequel les grandes tendances prévues dans le précédent rapport étaient confirmées (élévation de la température moyenne de la planète de 1 à 5,5°C entre 1990 et 2090 ; et hausse des niveaux de la mer entre 20cm et 1m). (cf rubrique Environnement/lettre d’info n°4 – octobre 2013)

Dans les prochaines semaines le volet consacré à l’impact du changement climatique, aux adaptations et à la politique, sera publié.

Parmi les grandes lignes, il montre que notre capacité d’adaptation dépend de notre autres choix en matière d’environnement.

Par exemple, les écosystèmes seront plus robustes pour faire face aux changements climatiques si la biodiversité est préservée.

L’adaptation dépend aussi de l’évolution de nos sociétés et de nos économies au cours du XXIème siècle. C’est au niveau local que l’adaptation au changement climatique doit se traiter, dans le respect de la culture des populations. Il faut en effet se méfier des solutions « copier/coller Â» qui ont marché dans un territoire, car elles ne sont pas forcément adaptées à un autre.  

Les actions individuelles ont un impact direct, mais aussi indirect en rendant possible l’action collective. Les actions locales démontrent que l’on peut réduire les émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) sans problème économique majeur. Et de même, les politiques locales ont aussi un impact global et pourront de plus rendre les accords internationaux lus faciles à obtenir.

Source : La Recherche, n°483, janvier 2014

Lettre d'infos n°9, 20 mars 2014

 


Si vous êtes un familier du réseau éco-conso74, vous connaissez sûrement Denis Cheneau, dont son restaurant « Le Bergerac Â» est répertorié dans le réseau, pour ses produits locaux et bio, et pour l’engagement environnemental et social de Denis.